A l’heure de la mode des fameuses « Digital détox » (cure dont le but est d’apprendre à vivre sans son téléphone portable / sans réseaux sociaux, pendant un certain nombre de jours), j’avais envie d’évoquer avec vous la difficulté à être connectée. Et là, vous vous dites « Elle s’est trompée. Elle voulait dire ‘à être déconnectée’ plutôt! ». Non non je dis bien « connectée ».

bonheur, téléphone et réseaux sociaux

Bonheur & Déconnexion téléphonique

En créant ce blog, j’ai découvert, que pour avoir un minimum de visibilité et d’audience, il fallait aussi être présente sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, etc.). Or, pour moi qui aime passer mes journées le téléphone au fond du sac, poster des photos ou autres story toute la journée relève parfois d’un casse-tête.

Ce n’est pas du tout dans mon habitude de tout photographier, ni d’aller sur les réseaux. Mon portable est toute la journée en silencieux et aucune notification n’est activée hormis les sms. C’est pour vous dire !

Or, depuis quelques semaines, je me suis rendue compte que lorsque l’on prône le bonheur, l’émerveillement, l’apprentissage de la pleine conscience ou comment savourer l’instant présent, la présence non-stop sur les réseaux sociaux relève d’une absurdité.

Comment savourer cet instant avec mon amie à boire un thé si je suis en train de le prendre en photo et de chercher les hashtags à mettre en légende ? Et si je vais un peu plus loin : Est-ce logique de publier des conseils pour être plus épanouie sur une application qui, elle-même, est hyper chronophage ? Je ne crois pas… On est bien plus heureux loin du téléphone portable ! Moi en tout cas oui !

Bonheur & Réseaux sociaux

Je trouve également que ces réseaux sociaux (et notamment Instagram) favorise la comparaison aux autres. Depuis que j’y ai créé mon compte, je me surprends parfois à regarder les profils d’autres blogueuses qui ont plus d’abonnés, plus de like, etc… Cela développe de la frustration et de la dévalorisation.

Cette comparaison aux autres est finalement néfaste pour le moral. Ne vous en faites pas, chaque fois que je m’en rends compte, j’ai une petite voix dans mon cerveau qui me dis illico « Ne te compare pas, nous sommes tous uniques. Fais les choses avec amour et ce sera le bon chemin ». 😉

Je me suis également rendue compte que, pour fonctionner, un compte Instagram doit par exemple avoir beaucoup de photos de la personnes qui le tient. Or, cela va à l’encontre de mes valeurs. Je trouve cela (légèrement) narcissique et je trouve triste de voir qu’une photo de soi en leggings/brassière fonctionne mieux qu’un magnifique paysage de montagne… Toutes ces techniques amenant de l’afflux, de l’audience et des abonnés (concours, tec.) sont opposées à ce que je suis.

Bonheur & Joie

Bilan : Il y a dissonance entre mes pensées, mes besoins & mes actes. Je suis bien plus heureuse loin de mon téléphone et j’ai besoin d’être déconnectée du portable le plus souvent possible. Or, pour l’activité de mon blog, je m’impose de publier au moins une fois par jour sur chaque réseau social + de publier des story. Résultat, cela me prend beaucoup de temps et ne m’apporte aucune joie !

Toutes ces habitudes que j’ai acquises ces derniers mois ne sont pas moi. Je ne veux pas devenir quelqu’un d’autre, ni transiger sur mon bonheur pour accroître ma « popularité ».

Tout cela pour vous dire que je songe peut-être à me couper des réseaux sociaux dans les mois à venir, ou du moins à y être moins présente. Les alimenter fait parti des tâches qui ne me procurent aucun plaisir. Cela se rapproche pour moi à de la stratégie marketing.

Alors qu’écrire un article est une tâche plaisante. Je me dis qu’il va avoir un impact, que peut-être la vie de quelqu’un va s’améliorer grâce à sa lecture, que quelqu’un va mettre en application ne serait-ce qu’un petit conseil. Et l’idée de rendre la vie de quelqu’un plus heureuse me remplie moi-même de joie. 🙂

J’aimerais beaucoup avoir votre avis sur la question !!! Est-ce que cela vous manque beaucoup lorsque l’auteur d’un blog que vous aimez n’est pas sur Facebook ou Instagram ? Est-ce que, si vous êtes blogueuse, vous ressentez aussi ce « tiraillement » entre la nécessité d’être présente sur les réseaux et l’envie de vous déconnecter ?

Belle soirée à vous. Et UN GRAND MERCI de me suivre ici sur le blog (et sur les réseaux). 🙂